Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


rame rame, combats le pouvoir !

Mot-clé - cuisine

Fil des billets - Fil des commentaires

14 septembre 2008

Faisons un strüdel aux pommes !

Episodes précédents : tarte à la brousse, gâteau au chocolat, brioche, tarte aux pommes, poulet au gingembre, riz pilaf, purée, crêpes.



row row, fight the power


Okay, ça semble moche, mais c'est parce que c'était mon premier essai. Le second avait une meilleure tête, mais je l'ai mangé.

Basiquement, c'est un chausson aux pommes taille XL. Pas d'oeuf, pas de farine, pas de sucre à ajouter. Sortez trois pommes, de la confiture (de votre choix), des raisins secs et si vous en avez, une orange. Allez acheter de la pâte feuilletée.

Prenez pour 50 grammes de raisins secs et laissez-les dans un bol d'eau chaude. Pendant ce temps, sortez la pâte feuilletée et faites le choix le plus important de la journée : la laisser dans sa forme ronde ou sortir un rouleau à pâtisserie pour la reformer en rectangle. Vous connaissant, vous allez la laisser telle quelle, hein ? Bref.
Allez, on va faire la garniture : épluchez les pommes et taillez-les en rondelles. Disposez-les sur une moitié de la pâte, ajoutez la confiote, et ajoutez les raisins secs (égouttés, hein). Si vous avez l'orange, râpez un peu de la peau sur le tout. Ensuite, mélangez tout ça avec les mains - parce qu'avec un outil, vous risquez de faire des trous dans la pâte feuilletée juste en-dessous. Pourquoi j'ai dit d'organiser tout ça sur une moitié de la pâte ? Parce que maintenant, il faut refermer ça ! Chopez la pâte et scellez le tout, que ce soit en demi-lune (si vous avez laissé la pâte dans sa forme ronde) ou en rectangle (si vous l'avez remodelée). Il faut que ce soit bien fermé, parce que sinon, la confiture va couler hors du strüdel comme sur la photo. Beurrez votre plat, ajoutez du lait sur le dessus de la pâte et foutez ça au four à 200° et surveillez le tout jusqu'à ce que ça ressemble à la photo : bien doré, voire carrément caramélisé. Comptez 15 minutes, mais vraiment, levez parfois le nez de votre livre pour regarder par la vitre. Si vous avez un four à micro-ondes avec une fonction grill, activez-la et comptez 10 minutes.

Sortez du four, et si la confiote a coulé, récupérez-la et remettez-la sur le dessus pour caraméliser encore un peu plus en profitant de la chaleur du strüdel. Servez avec de la glace si vous en avez. Et voilà, votre strüdel a une meilleure gueule que le mien : dix points pour Serpentard.



Pendant ce temps :
- Session IRC ce soir dès 21 heures, sur #editotaku@irc.worldnet.net - en plus, je tenterai d'écrire en bépo. Le tournoi des Tsundere suit son cours, et contrairement à l'année dernière, il y a d'autres sites internet qui soutiennent les autres candidates. Pour les résultats actuels, pas trop de surprises : les favorites suivent leur rôle, Karen (Code Chiasse) et Rin (Pouêt/Très Light) ayant une longueur d'avance. L'équipe Editotaku (c'est vous, c'est nous) reste dans une optique de soutien aux outsiders pour faire un contrepoids aux rouleaux-compresseurs. Pour les poules 3 et 4 qui commenceront ce soir et dureront toute la semaine, nous allons opposer Kaori de City Hunter à Haruhi Suzumiya dans la 3 ; comme il y a deux qualifications pour la suite, nous devons donc pousser Kaori avec autant de force que la fois où nous avons poussé mémé dans les escaliers. En 4, soutenons Lina Inverse de Slayers face à Shana. N'oubliez pas les classiques : vous avez plusieurs explorateurs Web, plusieurs ordinateurs, plusieurs lieux avec Internet, plusieurs amis avec un ordinateur, plusieurs contacts dans vos logiciels de chat, et votre propre blog ou forum à engager dans la bataille. A l'instar de l'ouragan Ike, nous allons apporter les pires surprises possibles. Ramons, ramons, combattons le pouvoir !
- Nolife fait sa rentrée demain à 19 heures. Freebox en canal 123, NeufBox en 68, Alice en 77, et maintenant, Livebox en 111. Si vous êtes chez Orange et que vous avez un problème de format d'image, relax, ils s'en occupent.
- fanfictions.fr organise un concours de fics qui dure jusqu'à la fin du mois, sur le thème de la naissance et avec 100 € chez Amazon à partager entre les trois premiers. Je serais vous, je ne participerais pas, parce j'y participe. Je veux dire, si moi j'étais vous, je n'essaierais même pas, parce que moi, qui suis moi, y participe. Bref.
- J'ose croire que le premier aura au moins de quoi s'acheter la version améliorée de The Witcher qui sort ce vendredi à 40€. Ou peut-être que ce gagnant a déjà le jeu, auquel cas il pourra télécharger gratuitement les ajouts. Guide, nouveau doublage, nouvelle traduction, nouveaux modèles 3D et animations, temps de chargement réduits de 80%, nouvelle carte, nouvelles quêtes, bandes-sons originales et inspirées par le jeu et j'en passe.
- Ou s'il préfère jouer sur ps2, Yakuza 2 (vous savez, le Shenmue bis) qui sort aussi vendredi, avec les doublages japonais et à seulement 30€. En plus, on peut y cogner un tigre.
- Ou s'il perd, il pourra toujours jouer tout nu à Portal sur Atari 2600. Attention, il faut deux joysticks.
- Tiens, le RPG Sonic fait par Bioware sur DS sort à la fin du mois. Nous commençons à entrer dans la tornade de Noël, où les éditeurs vont inévitablement sortir des perles qui passeront inaperçues ou resteront dans leur blister, perdues quelque part dans le marketing massif de fin d'année.

19 février 2008

Le Tiers-Beta, épisode 17 - The Lord of the Rings Online

Episodes précédents : Connect08, Fury, Ragnarok Online 2, Tabula Rasa, Newsletter de Metin2, Trickster Online, RF Online, Auto Assault, Lord of the Rings Online, Vanguard: Saga of Heroes (seconde partie), Vanguard: Saga of Heroes (première partie), Archlord, Lineage II, Lineage II - Interlude, Dark Age of Camelot, Saga of Ryzom, Neocron, Planetside, Shadowbane, Face of Mankind. Le Tiers-Beta, souvent imité, jamais égalé !



Quand j'avais fait un article sur Civilization IV, j'avais vite fait de préciser que je n'avais jamais joué à un seul jeu de Sid Meier avant celui-là. Reproduisons ce shéma : je n'ai jamais lu un Tolkien. Le comics de Bilbo, okay, je l'ai, mais rien de plus. Vu les trois films, d'accord. En plus, j'imite super bien la voix de Gollum. Mais les bouquins, nan. Du coup, je n'ai pas fait le moindre pas dans la Terre du Milieu sans quelqu'un qui connaissait l'endroit, à savoir mdt. Il voulait essayer ce jeu, parce qu' "on" a dit que c'est le meilleur MMORPG de 2007, année autrement trustée par Burning Crusade. Vanguard s'est planté comme une merde, Tabula Rasa ne décolle pas, et Age of Conan ou Warhammer Online ont été repoussés aux calendes grecques.

Les Tiers-Beta, c'est super long à faire.

Faute de mieux, on s'en remet donc à Codemasters Online Gaming, éditeur en passe de devenir un chouchou du Tiers-Beta, puisque j'y reviens régulièrement. LotRO sera le troisième de leurs quatre jeux à passer sur le billard (après Archlord et RF Online), sans oublier un texte sur leur convention qui se déroule le mois prochain. Mais vous voulez savoir la meilleure ? Les gens de Codemasters savent qui je suis. Ils lisent l'éditotaku, et ils ne sont pas contents de ce qu'ils voient. Vous voulez une preuve ? Regardez ce que j'ai eu quand je me suis inscrit à Lord of the Rings Online :



A l'heure où vous lirez ces lignes, je serai déjà mort. Mon seul conseil aux générations futures : ne créez jamais de site web. Les gens veulent vous faire des procès, ça n'a jamais de fin et des éditeurs veulent vous assassiner. Pour en revenir à LotRO, je n'ose vous parler du chaotique téléchargement du client de jeu : plus de 8,2 Go (!) pour une période d'essai de 7 jours - vous sentez le rapport poids/temps ? Le tout sur des serveurs carapatant à 50 Ko/s la plupart du temps, et on obtient une excellente motivation pour essayer ça. C'est vraiment pour vous que je me tape ce merdier, hein.


Le temps que le jeu se télécharge, se décompresse, s'installe, se patche, se relance, plante, se relance encore une fois et se charge, j'ai eu le temps de faire ça. Oui, c'est un running gag avec cet article, merci de l'avoir remarqué.

Le débat de ce soir : pour ou contre les interfaces pompées sur celle de World of Warcraft ?

Dans les commentaires sur l'article de Vanguard, vous aviez été nombreux à tiquer sur l'interface, complètement calquée sur celle de WoW. Est-ce un mal ?
Pour :
Pour le pire ou le meilleur, c'est devenu l'interface standard. Un peu comme Word ou Windows : quand on sait l'utiliser sur un ordinateur, on peut en utiliser des centaines d'autres. Elle est intuitive, alors autant prendre un bon modèle.
Contre :
Elle est largement perfectible, personne n'osera y ajouter ses propres fonctionnalités sans risquer de briser son équilibre, et être obligé d'y adhérer pousse le joueur à considérer l'ensemble du produit comme manquant fortement d'imagination.
Perso :
Avoir la même interface que WoW, c'est savoir ce qui nous attend. Un MMO avec l'interface de WoW, c'est comme une sodomie : avant même de s'y mettre, on sait déjà que ça va faire mal.

Et c'est pire avec Warhammer Online.

Avant de jouer à LotRO :
En tout cas, le message est clair : venez, joueurs de WoW, vous ne serez pas dépaysés. Vous êtes 10 millions à être ainsi plus accessibles pour notre produit (ou l'inverse), et nous vous proposons un univers que vous aimez. Même vous, les lecteurs de Tolkien qui ne jouez pas tant que ça aux jeux vidéo, vous avez bien dû voir un pote sur WoW, alors vous aussi, venez, nous avons des hobbits et des anneaux en or.
Après avoir joué à LotRO :
Encore une référence à l'article sur Vanguard : dans ce dernier, la difficulté avait été réajustée en cours de beta. Au début, il était impossible de tuer le moindre moucheron, avant de devenir abordable par la suite. Mais là, c'est un peu pareil, sauf que LotRO n'est plus en beta : je suis mort de nombreuses fois pendant le tutorial.

A cet endroit de l'article, ceux qui y jouent me considèrent comme discrédité, donc maintenant qu'ils sont partis, nous sommes entre habitués du Tiers-Beta.


Vous appelez ça une pente, vous ? Et moi qui pensais que les jeux vidéo actuels bénéficiaient d'une modélisation du terrain...

Je n'ai donc joué qu'en compagnie de mdt, mais avant qu'on se rejoigne, je devais terminer un tutorial instancié dans le passé, à la manière de Guild Wars. Parenthèse sur mon style de jeu : dans tous les RPG, quand il est question de choisir une classe de personnage, je choisis invariablement un guerrier, un tank bien bourrin, sans me poser de questions. Mon impression est qu'il s'agit de la seule classe que l'on peut jouer seul : s'il est trois heures du matin, si on est un nolife, si on se sent d'humeur à s'aventurer seul, je crois que c'est l'unique personnage qui peut se démerder comme un grand. Les mages balancent quelques sorts à distance, mais les monstres courent vers eux pour les attaquer à bout portant, pareil pour les archers, les guérisseurs sont impuissants... Et bon, comme le Tiers-Beta aborde régulièrement des jeux complètement vides, autant être indépendant. J'insiste, ce n'est que mon impression : dites-moi si vous arrivez à vous débrouiller seul avec une autre classe. Fin de la parenthèse.


Caractéristique de race : Emo.


Du coup, mdt avait créé son perso avant moi, choisissant un guerrier. Las ! Il me fallait donc innover, surtout qu'il m'a menacé d'émasculation si je choisissais un archer elfe. Mon choix se porta sur une magicienne physiquement clonée sur Liv Tyler dans les films, en me disant que du coup, le tutorial m'apprendrait à manier un mage.

Attendre du tutorial de LotRO qu'il m'apprenne quelque chose, c'est comme penser que Naruto va vous apprendre à devenir ninja. Le tuto se torche le cul avec votre envie de savoir. il dit, on bouge avec ZQSD, et après, ben, plus grand chose d'utile, surtout pour le novice. [rime]Drôle d'animal que ce tutorial[/rime] : on a un jeu avec une interface pour les êtres humains, mais avec un guide de jeu pour les habitués de WoW.
C'est là que je pige un truc étrange : LotRO s'adresse principalement aux joueurs de WoW. Ceux qui en ont marre, qui sont passés à autre chose, dont le compte a été fermé, j'en sais rien moi pourquoi ils arrêtent de se sodomiser, mais ça s'adresse à eux. Ce tutorial qui me semblait difficile, qui me tuait à répétition et m'empêchait de jouer au jeu complet, j'ai l'impression qu'il me faisait passer le message que je n'étais pas prêt à y entrer. "Tu sais lire l'interface de WoW, mais étrangement, tu ne sais pas jouer un mage. Donc tu passes pas. En plus, tu portes des baskets." Paradoxe : un tutorial qui ne cherche pas à augmenter le nombre de joueurs en leur apprenant les ficelles du produit, mais qui cherche à le diminuer, en filtrant les pas-bons ! Okay, ça garantit que les Kevins et autres agitateurs resteront à la rue, mais peut-on vraiment avoir un jeu massivement multijoueur si on n'initie personne, ou pire, si on compte sur un concurrent pour le faire ?



Là, c'est facile d'y répondre, puisqu'il suffit de se promener dans la Terre du Milieu. Entre deux cassages de méchants, dès que nous arrivions dans une grande ville, on se disait : regardons combien de joueurs humains nous allons croiser. Dans les rues, les quartiers commerçants, partout, comptons combien nous en voyons. Lors de nos deux premières soirées bien tassées, nous avons dû croiser un total de vingt joueurs. Est-ce qu'ils sont tous en territoire de haut niveau ? Si c'est le cas, ce n'est pas une très bonne nouvelle non plus : pas de nouveaux joueurs = pas de sang neuf = univers condamné à mourir = peut-on inverser l'entropie ? Pas assez d'informations pour une réponse compréhensible.



Et bon, le jeu est franchement super méga vaste et profond. En témoignent les vendeurs de matériel pour fabriquer son équipement (ouais , le craft, quoi), dont l'inventaire est une monstrueuse tétrachiée d'objets. Dès les premiers magasins, plein de matos, accès au voyage pour se promener partout - même si mdt et moi étions respectivement humain et elfe, on s'est tous de suite rejoints - on est dans la cour des grands.



Et pourtant, même si ce monde est gigantesque, on se retrouve toujours avec des clones. Ici, nous croisons un autre joueur (miracle !), et ce dernier est le portrait craché de mdt. Tristesse !



En parlant de clonage, "/danser" produit exactement la même danse chez tous les joueurs de toutes les races. Honte !



Ou encore, les joueurs disposent d'instruments qu'ils peuvent utiliser librement. Ca demande un nombre effarant de touches, mon elfe avait un air parfaitement ridicule en jouant de la flûte, mais l'idée est géniale.

Même si Codemasters propose d'acheter le jeu en téléchargement, personne ne va utiliser cette méthode. Comme on n'entre pas facilement en Mortor, Lord of the Rings Online s'achète en boite, avec notice, carte dépliable et toutes les aides qu'on peut trouver. A ceux qui sont assez cons pour passer par l'achat digital, Codemasters propose un site web abscons et pas grand chose d'autre. Codemasters chie encore dans la colle, parfois avec des trucs tout cons - par exemple, les emotes ne sont disponibles qu'en francais (/rire, /danser), et avec des mots pas toujours évidents. A l'instar d'Archlord, nous avons encore une fois droit à une traduction francaise de qualité :



Sans parler des polices de caractère taille 78 qui se superposent quand deux persos parlent en même temps...



... ou d'un point de vue gameplay, d'un tas de petits trucs désagréables :



Pendant que nous jouions, mdt relatait une des raisons du succès de WoW : Blizzard n'avait rien promis avant la sortie de celui-ci. Alors que tous les jeux massivement multijoueur vous promettent un PvP évolué, des interactions multiples avec les joueurs, des instances qui font le café, WoW n'avait rien promis, donc pas trompé sur la marchandise. Sort ainsi un jeu avec un PvP minimaliste et bien peu de choses comparé à la concurrence (dont le Star Wars Galaxies d'origine). Les BattleGrounds étaient censés figurer dès le lancement, vous savez... Ainsi, WoW a lentement ajouté de nouveaux concepts, évitant aux joueurs de se perdre devant trop de contenu.


Vous ne le voyez pas, mais le champ de fleurs bouge avec le vent et c'est aussi beau que ce que vous imaginez.


Franchement, c'est chiant à expliquer. Parce que - on l'a déjà dit - LotRO est presque un jeu qu'on aurait envie d'aimer. Il est beau, il est super étendu et profond, mais il y a des trucs tout nuls qu'on se demande s'ils ont joué à leur propre jeu, surtout pour un produit qui n'est plus du tout en beta.



Mais surtout, LotRO, même s'il est un jeu de qualité, montre ce qui se produit quand on copie trop sur son voisin : on se fait royalement ignorer aux dépens de ce dernier. La solution simple et funky serait de fusionner les serveurs, mais c'est considéré comme un aveu d'échec pour l'éditeur. WoW est la littérature heroic-fantasy de gare qu'on trouve dans les collections des Royaumes Oubliés, là où LotRO, tel ses ouvrages originels, est une grande épopée dès les premiers niveaux d'expérience. LotRO est aussi spacieux que mon cul, mais aussi vide que ma vie sentimentale ; c'est un fabuleux gâchis d'excellente technologie et de contenu soigné, un testament pour les millions de pétrodollars inutilement investis dans l'industrie du MMO.

13 novembre 2006

Mangeons du poulet au gingembre

Parce que c'est bon et que les quelques ingrédients un peu exotiques sont pas trop durs à trouver. Okay, faut aller chez votre épicier asiatique pour trouver de la sauce aux huitres ou de l'huile de sésame, mais c'est pas quelqu'un de méchant et ça peut durer super longtemps.



Allez chez votre volailler et achetez du blanc de poulet - genre un morceau par personne bien affamée, ça se dose un peu comme quand vous faites des burritos. Au supermarché, prenez une racine de gingembre, genre 50 grammes. Oh puis merde, regardez les photos pour vous faire une idée, j'ai pas de balance et ça se joue au feeling. C'est ça la cuisine, c'est pas du dosage au gramme près, nom d'une pipe.



Dans la marmite (ou le fait-tout, ou la grosse casserole, appelez ça comme vous voulez), mettez une moitié d'oignon coupé en lamelles que vous faites un peu revenir (rissoler, frire, chauffer, etc) dans de l'huile. Pas de l'huile d'olive, juste de l'huile de tournesol bien classique. J'essaie de faire simple, là, alors arrêtez d'analyser chaque mot. Au pire, si vous foirez la recette, vous jetterez ça à votre esclave. Donc, pendant que l'oignon cuit un peu, découpez le poulet : d'abord en lamelles, puis les lamelles en morceaux un peu gros, comme des dés à 20 faces mais juste à 6 faces.




Ce con de chat ne repère pas le poulet à l'odeur, mais au son du couteau sur la planche.



Le gingembre : prenez un économe, râpez l'écorce, puis découpez-le en petites tranches. Et comme on parle de poulet au gingembre, saupoudrez de poudre de gingembre, pendant qu'on y est. C'est totalement accessoire mais au moins, on fait pas les choses à moitié. Facultatif également : des grains de sésame. Ajoutez le tout et laissez cuire le poulet : pas trop doré, juste bien blanc et ferme. A feu moyen, quoi.



Interlude pour remplir le quota de sexe nécessaire à la qualité de l'article
Alors comme ça, le gingembre est aphrodisiaque ? Honnêtement, je fais pas trop la différence avec et sans - peut-être qu'il y en aurait une si je n'étais pas sous l'obligation médicale de mater du hentai toutes les 30 minutes.
Dans Mes Voisins les Yamada, il y a tout un sketch pour raconter que le gingembre cause des pertes de mémoire. Ca doit expliquer pourquoi je me suis retrouvé avec les mains couvertes de sang peu de temps après avoir dégusté le plat sur ces photos... Comment ça s'appelle déjà, ce truc au poulet ?
Fin de l'interlude



Maintenant, on va ajouter de quoi faire la sauce. Pas grand chose : on va tout mettre directo dans le fait-tout sans préparation séparée, et lorsque vous allez doser, gardez en tête qu'on n'essaie pas de faire un plat français. Parce qu'ici, on a pour habitude de faire des plats et leurs sauces. C'est la cuisine française, ça : le plat, et sa sauce. Il y en a toujours en quantité généreuse, elle est toujours là, et c'est généralement elle qui fait péter le taux de cholestérol tant elle est bien chargée en graisse. Donc n'allez pas me noyer ce poulet dans la sauce : elle doit juste servir à lier le poulet qui a déjà été parfumé par le gingembre, comme un petit lit au fond de la casserole. Quand vous servirez vos invités, n'en laissez filer dans chaque ration que quelques gouttes au-dessus du riz.



C'est pas bien compliqué, en fait : envoyez couler une ou deux grosses cuillères à soupe de sauce d'huitres. C'est aussi épais que du ketchup et la bouteille en verre y est aussi peu pratique, donc faites pareil et mettez-en autant que si vous étiez en train d'en mettre sur vos frites. Versez une larme d'huile de sésame (genre une cuillère à soupe), ajoutez deux ou trois cuillères à soupe d'eau pour liquéfier un peu et c'est tout bon. Salez et poivrez, avec un peu plus de poivre que de sel. Mettez à feu pas trop doux, vous en avez pour une demi-heure.

Et ça tombe bien, puisque c'est pile le temps qu'il faut pour faire cuire du bon riz. J'ai déjà fait un article à ce sujet, alors sortez une poêle et cliquez ici. Pendant que tout ça est en train de chauffer, allez arroser vos plantes dans Animal Crossing et revenez remuer un peu le riz et le poulet toutes les dix minutes pour que ça n'attache pas.

Quel con j'ai tout mangé avant de prendre une photo du plat terminé

Servez dans un bol : une moitié de riz, une couche de poulet et ses gouttes de sauce, et une couche de riz par-dessus. Mettez un DVD d'anime et mangez ça avec des baguettes afin de voir lequel de vos potes est encore infoutu d'utiliser ces ustensiles. Moquez-vous de lui, traitez-le de wapanese et tuez-le. Si quelques heures plus tard, vous avez les mains pleines de sang mais que vous ne vous souvenez de rien, ben là au moins, vous saurez ce qui s'est passé.

11 octobre 2005

La nourriture parfaite

"-Il est quelle heure là ?
- 21 h 30.
- Faut que je graille un peu, je crève la dalle. On fait une pause le temps que je mange et on passe à Third Strike ?
- Okay. On se revoit à 22 heures ?
- Nan, laisse-moi 10 minutes, je chope un bol de céréales et on y retourne.
- Euh raton, il est 21 heures 30 et tu vas bouffer des céréales ? Ca se prend pas plutôt au petit déjeuner ?"

Ainsi parla MadMarc, qui éprouve un petit plaisir à me réduire en poudre sur le Xbox Live. Mais ce n'est pas le sujet du jour ; là, je vais vous expliquer en quoi, outre le Nutella, les céréales pour le p'tit déj' sont la bouffe parfaite du hardcore gamer. Et ce qui va suivre est le résultat d'une longue étude au cours de nombreuses LANparties remontant jusqu'aux temps reculés de Warcraft II. Non, sérieusement : lors de mon guide de survie à Unreal Tournament, j'étais à deux doigts d'ajouter tout ça.

Réunissons les contraintes de ces moments où le joueur hagard déplace son lourd écran accompagné d'une Xbox ou d'un PC. Il n'a pas envie de faire le déplacement pour rien, il va donc rester tout le week-end sur place, et la question de la nourriture est une priorité à peine supérieure à celle du sommeil. A l'instar de la boisson, que mangeront le raton et ses potes ?
- Des pizzas ? C'est acceptable le premier soir, à condition d'avoir un bon pizzaïolo. Après, une fois le matos installé, rares seront ceux disposés à quitter leur station de jeu pour repartir affronter le froid pour aller en chercher d'autres, et c'est un plat qui se conserve relativement mal dans les atmosphères chaudes et humides. Okay, il y a le frigo et le micro-ondes, mais beurk quand même.
- Pareil pour le MacDo. Enfin, je dis ça mais j'ai pas mis les pattes dans un fast-food depuis cinq ans.
- Des chips ou des frites ? Ca ne fait pas un plat, et surtout, c'est gras à mort. Pas seulement pour votre silhouette, mais surtout pour ne pas graisser le clavier, la souris et les manettes. Méga-beurk.
- Des cookies ou des gâteaux sucrés ? Faut pas avoir peur des miettes... Et bon, c'est pareil : le sucre et le chocolat sont blasphématoires sur le matériel, collants et salissants. Cependant, les gâteaux-biscuits comme les Prince Choco (n'oubliez pas, le BN c'est le mal) sont tout à fait admissibles.
- Pour la même raison, les sodas (toujours über-sucrés) sont à proscrire, car au moindre accident... Ajoutez le manque de sommeil et c'est la cata assurée.
- Des sandwiches ? Gros temps de préparation qui en plus peut s'avérer salissant, beaucoup d'ingrédients requis si on veut coller aux goûts de chacun (jambon, poulet ou saucisson ? Fromage ou mayo ?), éventuellement cher.
- Des salades ? Assez déconné, vous allez faire bouffer des salades à des joueurs pendant tout un week-end ? A moins d'inviter exclusivement des végétariens, ça va être dur. En plus, les fruits et légumes deviennent ingérables dans un budget tellement ça devient cher.
- Des plats surgelés ? Bonne idée, mais où les manger ? L'espace se réduit très vite dans de telles situations, toutes les tables étant occupées par le matériel. J'ai même eu une soirée où nous avions été amenés à réquisitionner la table de ping-pong qui était dans le jardin pour pallier au manque de bureaux.
- Des pâtes ou des nouilles ramen, genre YumYum ? Pas mal... On a plein de saveurs différentes, ça coûte rien, ça a un feeling bien cheap qu'adorent les gamers (trois anglicismes en une phrase, yeah) et c'est rapide à préparer. En plus, un simple bol occupe peu de place, et les baguettes dans le cas des nouilles chinoises peut difficilement être considéré comme une corvée de vaisselle. Seul désavantage : ça refroidit et ça ne se réchauffe pas, sauf pour les nouilles occidentales qui passent aisément au micro-ondes. Bref, un très bon compromis.

Ainsi donc, on en vient à la conclusion : les céréales de petit déjeûner. Pourquoi ?
- C'est pas cher. On peut en acheter des cartons et des litres de lait, et ça reste moins ruineux que la plupart des options énoncées plus haut (à l'exception des pâtes).
- Le temps de préparation est à zéro : on verse et c'est tout. Pas de cuisson, et donc pas à craindre que ça refroidisse : le bol reste sagement à sa place pendant des heures et ça reste comestible. Cependant, certaines céréales (comme les Frosties ou Corn Flakes, qui sont strictement identiques à l'exception d'une couche de sucre glacé qui dégage quand on met le lait) ont tendance à ramollir, mais ce n'est pas le cas des céréales Crunch, par exemple.
- La dose en sucre reste peu élevée, et même un lait sucré par plusieurs doses (pour les affamés qui se resservent) reste toujours moins dangereuse que du soda pour le matériel.
- Côté nutriments, c'est parfait : le sucre apporte l'énergie immédiate pour rester éveillé, et les vitamines (ajoutées lors d'un processus de fabrication qui fait froid dans le dos rien que de l'imaginer) assurent le reste de la nuit. En plus, c'est franchement pas le genre de plat qui fait grossir, bien au contraire... Les maniaques de leur ligne ont des formules rien que pour eux, et prendre du lait écrémé complète la recette allégée. Ajoutez un fruit et vous tenez le régime pour vivre vieux.
- Ca peut se manger à n'importe quelle heure : des pizzas le matin, c'est moyen-moyen, mais les céréales le soir, aucun problème.
- Ca correspond aux goûts de tous : au caramel, au chocolat, des parfums à volonté. A moins d'avoir une allergie au lactose, c'est tout bénef'.
- C'est super rapide à bouffer. En 10 minutes, vous avez mangé de quoi tenir pour la nuit. Si vous êtes vraiment pressé d'entrer avec la prochaine arrivée de renforts dans Day of Defeat, remplacez la cuillère à café par une cuillère à soupe.
- Si vous avez vraiment invité des végétariens, c'est un plat qui leur convient parfaitement.
- Zéro vaisselle : un bol et une cuillère, réutilisables pendant des heures ; les maniaques de l'hygiène peuvent les passer sous l'eau entre chaque repas et ça n'a rien de chiant à nettoyer. Surtout que contrairement à la sauce tomate accompagnant les pâtes ou les pizzas, ce n'est pas tachant pour un sou, donc facile à laver même sans machine. En plus, ça ne prend pas de place sur le bureau.
- Pour les otakus sévèrement atteints, on peut les manger avec des baguettes... Japanophiles de mes deux !

Je vous l'accorde, cette liste de contraintes et d'avantages tient presque de la bouffe de cosmonautes. Mais nous parlons de nourriture dans les cas extrêmes des LANparties, ou des cas tout aussi extrêmes de flemmardise de joueurs. Si vous arrivez sur ce site et que vous êtes effaré par l'offense culinaire que représente cet article, je vous invite à relire les recettes de tarte aux pommes, de purée ou sur la cuisson d'un bon riz.

28 juin 2005

Comment bien cuire du riz

Parce que si vous aimez la bouffe asiatique, il vaut mieux bien s'y prendre avec cet ingrédient qui se joint à absolument tout. Précisons que je n'aimais pas le riz avant de savoir bien le faire, et que maintenant je pourrais en bouffer tous les jours.

Avant toute chose : bien choisir son riz. Parce que sérieusement, Uncle Bens, ben c'est nul. C'est à cause d'Uncle Bens que je n'aimais pas le riz. Et pas seulement à cause de l'étrange habillage marketing, faisant considérer à l'acheteur moyen que l'authenticité d'un bon riz est représentable par un oncle si propre qu'on doute de son existence réelle (un peu comme Groquick) affiché sur toutes les boîtes et dans des publicités où il sort d'une maison en Louisiane, paumée au milieu de champs de riz et qu'on oublierait presque les merveilleuses aventures du peuple noir dans les Etats Unis d'Amérique. Pas seulement, donc. C'est aussi parce que ce riz n'a strictement aucun goût. Imaginez un des dieux de l'Eau tels qu'ils sont représentés dans les jeux vidéo, qu'il s'agisse de la Légende de Thor sur Mega Drive ou d'un Final Fantasy, une de ces représentations corporelles de l' H²O. Maintenant, imaginez qu'il se fasse tuer, que des vermisseaux se mettent à bouffer son corps, et que ces créatures soient capturées, asséchées sur des plateaux en plein soleil avant d'être vendues sous forme de paquets de riz. Ben voilà, c'est le goût du riz Uncle Bens.
Alors, je vais sûrement passer pour un altermondialiste hippie aux cheveux longs et aux idées courtes, mais n'oubliez pas que ce site fait l'apologie des jeux vidéo et des dessins animés japonais, deux passe-temps ultra-libéraux. Mon riz préféré est le riz Thaï du commerce équitable : il sent incroyablement bon rien que durant la cuisson, il est pâteux sans être gluant, et il paraît qu'on fait une bonne action en l'achetant.

Prenez une sauteuse. Non, pas cette demoiselle aux moeurs légères que vous croisez parfois devant la machine à café, mais une poëlle avec des rebords assez hauts. Faites-la chauffer avec le feu bien fort avec de l'huile, attendez qu'elle soit chaude, et versez le riz (à raison d'un paquet entier pour 4 personnes affamées). Là, il y a le débat : faut-il rincer le riz avant cuisson ou pas ? Shine me répond que non, et comme cette méthode est plus que basée sur ses conseils, je ne discute pas. Donc, mettez le riz à cuire un peu et retournez-le bien pour que les grains luisent à cause de l'huile. Après quelques minutes, il va devenir translucide, ouais, comme je vous le dis, translucide. En fait, c'est que le terme, parce qu'en vrai il devient blanc. Cool. Ou alors il va commencer à griller, ça dépend.
Là, vous versez l'eau. Pour doser, c'est facile : le double de ce que vous avez versé en riz. Prenez de l'eau minérale si vous êtes un nanti ou si vous avez un adoucisseur (l'eau de l'adoucisseur c'est nul), de l'eau du robinet dans les autres cas, enfin bref, la même eau que celle que vous utilisez habituellement pour faire du café. Si tout va bien, l'eau devrait se mettre à bouillir immédiatement, le riz étant complètement noyé dans la flotte. Pas de panique, c'est normal : croyez-le ou non, les petits grains musclés vont boire toute l'eau et devenir bien gros. Salez (avec du gros sel si vous êtes un cuistot de la vieille époque), passez à feu doux, couvrez. Allez jouer à SpikeOut Battle Street et retournez le riz à la fin de chaque monde (Dieu que ce jeu est difficile), ou espacez vos vérifications de 10 minutes si vous ne l'avez pas (merci à la section console d'Epitanime ! ). Il faut juste s'assurer que tout le riz cuise de façon homogène et que toute l'eau soit absorbée. Ca prend du temps : comptez bien une demie-heure à trois quarts d'heure selon la quantité. Quand le fond de la poële est sec, laissez encore quelques minutes en retournant une dernière fois - pour le fun - puis passez à table.



Ou sinon, vous pouvez mettre le riz et l'eau dans un autocuiseur, régler la minuterie et aller voir ailleurs si vous y êtes... Mais les autocuiseurs sont-ils vraiment communs dans les cuisines occidentales ?

07 décembre 2004

Merci mamie

Un rouleau de pâte feuilletée,
du sucre en poudre,
3 pommes (reinette de préférence),
une petite brique (20cl) de crème fraîche (au lait entier de préférence, même si c'est pas très diététique),
2 oeufs.

- Préchauffez le four à 200°, position "chaleur tournante" si vous avez un de ces engins avec une molette et 40 façons différentes de cuire.
- Dans le plat, on met la pâte feuilletée (laissez le papier ciré, ça économise la corvée de beurrage), puis on la saupoudre de sucre.
- On épluche les pommes, on les coupe en 4, puis on réduit les quartiers en lamelles, qu'on dispose dans le plat. C'est la partie la plus technique, et pourtant y'a pas de quoi casser trois pattes à un canard: il faut que la répartition soit égale mais bien serrée - si vous faites une jolie spirale, vous avez gagné. Moi, je commence par les bords en revenant vers le centre du plat.
- Hop, ça part au four 20 minutes. Pendant ce temps:
- 100 grammes de sucre + 2 oeufs + la crème fraîche - mettez les 20cl si vous avez un grand plat, sinon mettez-en un peu moins: il ne faut pas que ça déborde du plat! Mettez le tout dans un bol, prenez une cuillère et mélangez-moi ça, je veux un truc bien homogène au final. Léchez la cuillère quand personne ne regarde. Y'en a pour 3 minutes chrono à préparer cette crème, alors faites un petit UT2004 en attendant que les 20 minutes du four passent.
- Dès que c'est bon, sortez le plat, mettez votre crème dessus, et retour au four pendant 15 à 20 minutes. Surveillez un peu, faut que ça soit bien doré.

Touche finale: de la confiture, d'abricots de préférence. Ou si vous voulez vous la jouer "pro", du nappage de pâtisserie; mais entre nous, la confiote d'abricots après moins d'une minute au four micro-ondes, c'est pareil. Laissez refroidir avant de bouffer, ça vous permettra de réaliser que vous avez fait une tarte aux pommes.
Sauf qu'en discutant de la recette autour de moi, il s'avère que chacun a sa méthode pour faire cette pâtisserie: la technique abordée ici (consistant à cuire la pâte et les pommes, se situant au fond du plat sous la crème) semble être peu répandue. M'en fous, c'est comme ça que ma grand-mère elle fait.

Edit (23h45):

Notez le bonus: des raisins secs^^.

02 février 2004

Pour 16 exemplaires

C'est la Chandeleur, alors hop:

250g de farine,
3 oeufs,
une pincée de sel et une cuillère d'huile.
On mélange le tout bien violemment en écoutant Plastic Bags and Magazines de Micatone (Selling faces, fucked up dreams...).
Quand c'est bien homogène, on continue à fouetter en ajoutant petit à petit un demi-litre de lait. Oui, je sais, c'est pas forcément la recette de Mamie, mais c'est comme ça que je m'y prends. Si vous comptez tartiner vos crêpes avec du Nutella et que vous tenez à votre taux de cholestérol, vous pouvez couper le lait avec de l'eau. Et si vous tenez à faire comme les grands, on peut très bien remplacer le lait par de la bière.

J'aurais posté ce matin, vous auriez pu tout faire reposer durant la journée, c'est meilleur ainsi. Mais bon hein, on est plus à ça près.

15 novembre 2003

Pour 4 personnes

Prenez un kilo de pommes de terre et faites-les bouillir. Pendant ce temps, mettez deux verres et demi de lait dans une petite casserole et faites-le chauffer avec 75 grammes de beurre.
Quand les pommes de terre sont prêtes, épluchez-les (c'est plus facile après la cuisson mais ça chauffe les doigts) dans un saladier et réduisez-les en purée avec la méthode que vous préférez: la moulinette, le mixer, la fourchette, ou tout simplement la violence pure.
C'est fait? Ajoutez le lait et le beurre, et remuez: on a l'impression qu'on a mis trop de lait, mais c'est juste que ça prend du temps pour s'incorporer. Salez. Pour finir, vous pouvez ajouter un jaune d'oeuf et trois pincées de muscade ou de persil si vous en avez. Servez vite et chaud, ça refroidit vite (mais pas de problème pour le réchauffer).

Evidemment, ça se mange avec du jambon (haché ou en petits morceaux) et/ou du fromage rapé.

Oui, c'est de la purée de pommes de terre. Et alors? C'est largement meilleur que celle en flocons, ça coûte pas cher à faire et c'est rapide à faire pendant un week-end où on veut vivre dangereusement en faisant sa propre bouffe. En plus, ça change de la nourriture de célibataire ou ça impressionne votre conjoint(e) qui vous voit cuisiner pour une fois, surtout si c'est Miss(ter) Surgelé... Bon appétit, en somme.