Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


Ayanami > Langley

01 septembre 2009

La NeufBox est morte, vive la NeufBox !

Par Trit’


Note : comme le précédent, cet article est garanti SFW, sans hentai ! Non que je n’aime pas ça (je suis un lecteur régulier du Raton, tout de même !), mais simplement parce que j’ai envie de parler d’autre chose.


Avant d’entrer dans le vif du sujet de cet article, sachez qu’à l’origine, je voulais en écrire un sur « Pourquoi certains persos de manga/anime/autres sont-ils si universellement haïs alors qu’ils ne le méritent pas forcément ? » ; mais au vu de ce qui s’est passé depuis mars (époque où j’ai commencé à réfléchir à quoi écrire pour ce Quartier Libre d’été ; oui, je m’y suis pris à l’avance), entre un article similaire posté par FFenril ; le fait qu’après coup, cette idée ne me plaisait plus des masses et certains événements survenus récemment... Bref, j’ai décidé de repartir depuis zéro. Bah oui : comme c’était parti, j’allais simplement faire une liste de persos avec présentation rapide, pourquoi ils ne sont pas aimés et mon avis perso... Étant donné que je n’aurais mis que des choses que tout le monde connaît – en tout cas, tous les lecteurs de l’Éditotaku –, ce n’était vraiment pas intéressant... Et puis, je me suis rappelé qu’ici, il n’était pas interdit de faire un peu de racontage de vie ! C’est donc cette autre option que j’ai finalement choisie. L’heureux possesseur d’un certain réveil n’aura donc pas à fuir ce site tant que cet article figurera en première page.

Au passage, j’en profite pour signaler à Keul un petit bug assez gênant : quand on fait une recherche dans le champ prévu à cet effet sur la partie gauche du site, lorsqu’il y a plusieurs pages de résultats, le fait de cliquer sur « Page suivante » mène à la page 14 592... du site R-L.net lui-même et non pas des résultats trouvés ! Pas cool de devoir passer par « Go-ogleuh » pour avoir ce qu’on cherche ici...
EDIT de Keul : FIXED...

Je vais donc parler de cette petite merveille de la technologie qu’est ce modem-routeur communément appelé « NeufBox », tellement bien que lorsque SFR a racheté puis phagocyté Neuf, ils ont maintenu la commercialisation de cette petite machine en se contentant simplement de lui changer son capot noir pour un blanc ; le reste de la bestiole n’étant pas modifié (à ce que je sache). En dépit de nos amis les trolleurs, tous les labos de test s’accordent à considérer la NeufBox comme (quasiment) le meilleur représentant de sa catégorie en termes de facilité d’administration, fiabilité... surtout qu’utilisant le réseau de feux Neuf-Cegetel et désormais SFR, lui aussi considéré comme un des meilleurs, ça aide... quand ça fonctionne ! Et c’est là que j’en viens au sujet de mon article : la mésaventure récente que j’ai vécue à cause de cet engin. Mésaventure dont vous avez sans doute pu constater les effets secondaires immédiats : ma disparition totale de la Toile durant quelques jours. Rassurez-vous, donc : je ne suis pas mort et Hadopi ne m’a pas « tuer » non plus...

Ayant découvert Internet en 1996 grâce à une de ces innombrables collections genre Delprado ou Éditions Atlas, nous (comprendre : ma famille) avons connu successivement été renvoyés comme une patate chaude chez plusieurs FAI (notez le fait que nous n’avons jamais demandé quoi que ce soit) : HOL (Havas On Line : non, ils ne faisaient pas que des voyages), puis envoyés chez AOL quelques années plus tard quand Havas a décidé de mettre fin à son activité de FAI. Nous découvrîmes les joies de l’ADSL à 1 méga dès 2004 et en 2007, c’est le rachat d’AOL par Neuf. Encore une fois, on souscrit à l’offre, d’autant plus facilement qu’utilisant le même réseau, aucune coupure de ligne n’aurait été à déplorer... Bon, on reçoit cette NeufBox NB4 à couvercle noir en août, je m’occupe de tout installer (oui, je suis le spécialiste techno de la maison), tout marche bien et bonjour les joies de l’ADSL à 7 mégas en IP, le Wi-Fi... On a aussi reçu le décodeur TV, mais entre une longue phase de flemme de tout chambouler dans une installation qui ferait peur à n’importe quel gars de la prévention des accidents domestiques, le fait qu’on avait à peine découvert la TNT en octobre 2006 et autres choses que je ne détaillerai pas, ce n’est qu’en janvier de cette année que je pus lui donner l’occasion de prouver sa seule vraie utilité reconnue ici : pouvoir regarder NolifeWhat else? », dirait un grand spécialiste des machines à café utilisant des dosettes introuvables). Autant dire que c’est sa seule raison d’être.

Deux années de pur bonheur geekesque, donc, interrompues brutalement ce samedi 27 juin 2009. Rapport des faits : on regarde tranquillement le 13h de France 2 parce qu’on attend la rubrique « Mon œil » de Michel Monpontet qui agrémente chaque semaine le dessert de ce jour, lorsque soudainement, l’image se fige et qu’un bandeau bleu indique : « Signal TV non disponible. Aucun signal détecté ». Ce n’est pas la première fois que ça arrive, et en général, il suffit d’attendre quelques secondes et ça reprend. C’est en revanche très pénible pour un film, surtout si on enregistre. Mais cette fois, ça prend son temps... OK, ça doit être la prise du téléphone qui a dû bouger – elle est extrêmement sensible – et ça a dû faire une désynchro. On bascule sur le hertzien analogique en attendant que je puisse m’en occuper. Lorsque je vais voir mon amie NeufBox pour m’en assurer, je m’attends à voir un voyant vert devenu jaune et des LED clignotantes alors qu’elles devraient être fixes... Ah, bah non : cette fois, tout est éteint ! Je joue à la débrancher-rebrancher pour essayer de la remettre en route : aucun résultat. Je démonte tout pour la brancher sur une autre prise, histoire de voir si on peut envisager autre chose qu’une panne de l’appareil : même chose, à ceci près que le voyant « Info » (le vert en temps normal) produit quelques flashs rouges très intermittents, comme s’il n’arrivait pas à rester allumé mais essayait de toutes ses forces... Là, le constat est plus alarmant. Appel au service technique de SFR, errance entre les divers codes à taper avant d’avoir enfin un humain à l’autre bout du fil, attente « de 3 minutes » en subissant la musique pourrie et enregistrée avec un téléphone portable bas de gamme écoutant le jingle SFR avant d’entendre une voix aussi féminine que sentant bon le centre d’appel délocalisé et présentation de mon problème. Je vous passe les divers tests que nous avons, elle et moi, chacun effectués de nos côtés respectifs, et diagnostic confirmant mes pires inquiétudes. Heure du décès : 13h10 environ. Envoi d’un nouveau routeur contre échange de l’ancien dans un délai de « quatre jours ». Soit, je vais faire contre mauvaise fortune, bon cœur et patienter d’ici-là.

Quatre jours, hein ? Ça voudrait dire mardi ou mercredi... C’est finalement vendredi, en fin d’après-midi, que j’apprends que le nouveau modem-routeur est arrivé et que je peux aller faire l’échange. Je vous passe les détails, mais hormis un petit souci à propos du câble reliant le routeur au filtre ADSL qui s’avère être beaucoup plus court que l’autre (trop court pour pouvoir placer la NeufBox au même endroit que l’ancienne), tout s’est automatiquement configuré comme il faut et comme promis, et même le Wi-Fi marche sans utiliser le CD d’installation fourni puisqu’il suffit de simplement copier-coller la clef WPA quand Windows le demande et roulez jeunesse ! Je renoue donc avec le « réseau des réseaux » pour apprendre qu’à cause de leurs éternels soucis financiers, Nolife prévoit de devenir... une chaîne payante ! Ça, ça m’ennuie beaucoup car l’abonnement est au nom de mon père et lorsqu’on sait qu’il n’a jamais voulu payer le moindre abonnement à Canal+... Mais je dérive et c’est aussi une autre histoire ! Qui finira peut-être bien, qui sait ? (Ah, ben non : finalement, c’est juste leur site web qui le deviendrait. Un peu le genre d’Arrêts sur Images, quoi !)

Voilà, c’est tout à propos de mes déboires récents. J’espère que cette nouvelle NeufBox durera plus longtemps que la précédente... En tout cas, près de deux ans sans le moindre souci, c’est déjà pas mal, à une époque où tout dure bien moins longtemps qu’autrefois.

Maintenant, vous pouvez vous lâcher sur vos articles pleins de pr0n et autres odes à l’homo fappiens ! Moi, en attendant, je retourne à ma petite retraite estivale (bien garnie !) et je verrai donc ce que vous aurez posté à mon retour, à partir de vendredi soir !

À bientôt !

PS : quelques autres photos pour ne pas être complètement hors-sujet de notre PASSION...

Tora-chan, tigre de poche (il n'y a pas que Taiga Aisaka), vous accueille dans mon paradis sur Terre !

PPS : pour ceux qui se poseraient la question, sachez que nous sommes maintenant dans la 11 525ème boucle du quartier libre. Durant ces 11 525 boucles, 3 459 ont eu un article sur le guro, 1 529 sur l'histoire de Mai Shiranui, 533 des photos de Raton-Laveur nu, 2 221 un article sur les piscines... Tiens, j'irais bien à la piscine avec mes amis.

Quartier libre d'été 2009

Message d'utilité publique publié par pbsaffran

Alors, puisque raton l'avait annoncé ici-même, et en vertu de notre discussion sur le chan irc (#editotaku sur worldnet), je déclare le quartier libre d'été 2009 ouvert !
Pendant quelques jours (une semaine a priori) vous pourrez poster des articles sur le site du raton. Pour ceci, allez sur http://raton-laveur.net/admin, entrez lectorat comme login et samantha comme mot de passe. N'oubliez pas de regarder la documentation dot-clear pour vos images et pour de plus amples informations sur l'interface !
Vous pouvez écrire sur le thème que vous voulez, aucun article ne sera refusé ni censuré. Le premier article du quartier libre de la dernière fois est celui de -SGN-. Lisez donc les articles qui suivent ou même carrément le compte-rendu du raton pour avoir des liens vers tous les articles postés la dernière fois !
N'oubliez pas de signer vos articles en début de texte, cela fait toujours plaisir de savoir qui est en train de nous parler de son petit jardin secret, et n'hésitez pas à mettre des liens vers vos blogs ou sites respectifs. Vous n'êtes pas obligés de mettre des dizaines de liens dans votre article, mais essayez de donner aux lecteurs un peu plus qu'un simple mur de texte avec l'une ou l'autre illustration. Le net est vaste et infini, ce serait dommage de ne pas en profiter... Même si j'ai une impression de déjà-vu...

Allez, à vos plumes !

Tags:

29 août 2009

Queen's Blade : Rurou no Senshi (クイーンズブレイド 流浪の戦士)

Produite par le studio ARMS et diffusée au printemps 2009, Queen's Blade est une série de 12 épisodes décrivant les aventures de guerrières de différents horizons participant à un tournoi dont le but est de choisir la prochaine reine.

Lire la suite...

25 août 2009

Et Raton Tua Soviet Voice

Que la malveillance quotidienne est laide et ridicule. "Évidence !" T'écris tu. Certes, mais parfois le destin s'amuse à remettre en cause ce qui nous semble être la plus sure des vérités. Parfois, il nous gratifie de la contemplation d'un geste tellement parfait que le doute se fait ; on commence alors à apercevoir à travers toute cette médiocrité comme un aspect noble dans ce qui est une bien triste activité. Le mouvement de Raton à l'encontre Soviet Voice est de celui-ci. Il fait partie de ces stratégies dont la beauté, l'élégance et l'efficacité est telle qu'elle mérite d'être conté, d'être analysé. Chose bien convenante car voilà l'humble objectif de cet article.
 
Tout commence comme un drama de série TV : Égo mal placé, jalousie mesquine, complexe d'infériorité et petite pique malvenu mal prise. Voilà Raton banni.
Je ne connais pas personnellement Raton mais je suis persuadé de sa plus grande modestie. Ainsi je préconise de prendre avec des pincettes les propos jurés authentiques rapporté par Etsihilin. Selon ce gentleman, Raton, lorsqu'il prit connaissance de la nouvelle, aurait plongé ses yeux dans le vague, ce serait écrié "Ce qui Raton donne, Raton peut reprendre" puis aurait fait passer un polo par dessus son épaule.
Néanmoins, aussi farfelu que soit cette rumeur à la lumière de la connaissance de l'excellence du personnage, elle a le mérite d'être en parfaite harmonie avec les futures décisions qu'allait prendre le plus admirable blogeur du net francophone.
Car pour reprendre, Raton repris. Il était su dans les milieux autorisé que Soviet vivait dans l'ombre de l'édito. Pour vous mettre au secret, il s'agissait d'un lieu où les plus fidèles habitués de l'œuvre du grand écrivain se réunissaient pour eux aussi suivre la voie tracé par leur idole ; Sans Edito, point de Soviet Voice ; qui en quelque sorte n'en était que la cour arrière. Bien sur, Raton le savait. Mais il n'empêche que malgré un lien de parenté fort, il en avait juridiquement aucun droit dessus. Comment alors châtrer l'héritier rebelle ? En un coup de maitre, ce que Raton fit.
Oui, car Soviet voice avait beau être une place excellemment fréquenté, son intimité nuisait à son prestige. A l'inverse, la plateforme du racoon prodigue était à la fois lu non seulement par cette élite otaku, mais aussi de toute la plèbe éduqué amoureux de la culture japonaise.
Parallèlement, depuis quelques temps déjà, raton avait fait le choix de la qualité sur la quantité. Au lieu de publier un excellent article tout les deux jours, il nous en gratifiait d'un fabuleux chaque 6 mois. L'attente avait beau toujours en valoir la peine, il faut admettre que le sentiment de vide était souvent rude et l'impatience forte.
Conscient de ces faits, Raton décida d'avoir un éclair de génie, et d'une pierre fit deux coups majestueux et puissants.
 
Il ouvrit son blog au public dans un quartier libre qui durerait jusqu'à la fin des temps.
 
Et un miracle se produisit :
Plus de sentiment de vide dans l'attente des mots du maitre, le blog étant quotidiennement mit à jour par de délicieux articles, bouche trou de luxe pour faire passer le temps toujours trop long.
Et surtout, plus de Soviet Voice, car à l'otaku français s'ouvrit une alternative meilleure : les même dix lecteurs, et quelques centaines d'autres en prime.
 
En s'illustrant sur tout les tableaux, Raton prouva qu'il avait sa place au panthéon des grands, aux coté de ses aïeux Jules César et Napoléon. Certes notre coté féminin peut s'émouvoir de la fin du concept généreux qu'était Soviet Voice ; Mais toujours chez l'homme savant primera avant tout une profonde admiration pour la froide beauté de l'exploit auquel il vient d'assister, il poussera de grand cris en levant son chapeau car c'est comme ça que les gens bien élevé font.
 
RIP Soviet Voice. Hail Raton-Laveur, et que dieu bénisse l'édito.

24 août 2009

La genèse de l'AEUG : Association pour l'essor de l'univers Gundam

Par Saga, actuellement soumis au compte à rebours du dodo.

Notre bailleur, l'animal visible en haut à gauche de cette page, a écrit il y a plus d'un an un billet complet sur cet art majeur niche du modélisme, j'ai nommé le Gunpla. Ce que vous ne savez peut-être pas, c'est qu'il a, à peu près au même moment, songé à organiser des démonstrations de montage de ces maquettes addictives à la boutique Kokeshi de Montpellier. Rendons d'ailleurs hommage à cette enseigne qui, grâce à Raton, danse sur les cendres du H K.

Or, ce projet est resté dans les limbes, jusqu'à ce qu'une association récemment née décide de reprendre... que dis-je, d'allumer le flambeau avec lequel elle a été adoubée par l'Animal ! Et c'est d'une façon totalement éhontée que je vais vous parler de l'Association pour l'essor de l'univers Gundam, l'AEUG.

Lire la suite...

Finder Love

Par Maxobiwan.

Vous vivez dans un monde 2D et vous rêvez de la 3D ? Capcom l'a fait !

Lire la suite...

23 août 2009

Black ★ Rock Shooter: TEH ANIME ?!

Par Smog ShadowSeth, qui se dit bon; il serai peut-être temps de mettre fin au quartier libre, non? Ca fait quoi, cinq semaines maintenant? Que ça dure et que le Raton ne ferme toujours pas le compte lectorat et ne publie pas le résumé...

2009 est une année de merde. Non, vraiment; enfin, IRL tout du moins. Je n'ai guère envie de vous faire un résumé 3615 mylife alors j'éviterai de vous raconter mes malheurs ici; mais sachez juste que plus j'avance dans cette foutue année, plus je n'ai qu'une hâte: qu'elle se finisse.

Il n'y a eu qu'hier soir où je me suis surpris à aimer 2009, a cause d'une brève postée sur Sankaku Complex, un site qu'il est hélas plein de hentai dépravé mais qu'il est aussi une bonne source d'info concernant le monde des animes. La news était aussi courte qu'explosive: Un anime basé sur Black ★ Rock Shooter serai en préparation, et ce qui en serai le pilote sera disponible à la vente fin septembre.

\o/

Kézako? Black ★ Rock Shooter? C'est quoi ce truc diront les profanes, tandis que les fidèles se précipiteront sur leurs clavier afin de répandre la bonne nouvelle? Et je vais me faire une joie d'éclairer les ignares dans l'article qui suit.

Lire la suite...

Tags:

22 août 2009

Un conte taïwanais.

Par le Vengeur Slippé, qui profite de la prolongation du quartier libre pour vous raconter une jolie petite histoire importée du Japon... Ha non, de Taïwan.

Il était une fois le vendeur du magasin Japanim de Lorient. On peut croire qu'il est sympa : il bosse, discute, on peut lui demander des renseignements, comme par exemple le prix d'un CD en vitrine. L'OST Keith de Beck. 15€. J'ai acheté, pensant à un deuxième coup de chance après avoir enfin trouvé Persona 3 FES. Et ce n'est que plus tard dans la soirée que j'ai réalisé qu'il y avait quelque chose qui clochait : Miya Records. Le petit logo, discret, sur le CD pressé et sérigraphié. J'avais déjà entendu parler de cet « éditeur ». Et pas en termes élogieux. Just Google it : ha ouais, ils vendent du Soul Eater ? C'est pas Square Enix qui édite ça ? Du HK made in Taiwan. Cool. J'me suis fait avoir. Quinze euros c'était pas assez cher pour être un vrai. Et, naïvement, je pensais que le vendeur sympa n'était pas au courant qu'il avait des contrefaçons en stock et agirait en bon commerçant.

J'suis vraiment trop naïf, mais j'aime pas qu'on se foute de ma gueule. Retour au magasin le disque en main.

« Bonjour, c'est pour une réclamation, c'est une contrefaçon.

- Ouais. Je sais. Et alors ?

- Bah j'viens me faire rembourser.

- ... ? »

Okay. Déjà, ça fait plaisir. S'en suit une discussion ou j'apprends que « ça se voit quand même que c'est du HK », « tout le monde vend ça », et autres conneries, tout en éclatant de rire lorsque je menace d'aller régler ça au commissariat.

<Enki> les flics s'en foutent

<Jisatsu_> ...moi je l'aurais taunter, mais aller voir les flics, c'est useless

J'en déduis qu'il a sûrement déjà eu d'autres cas dans le genre où les « forces de l'ordre » n'ont pas dû réagir. Sympa.

J'insiste, j'veux pas du CD mais j'veux ma thune. Coup de téléphone du vendeur à son supérieur, sûrement, vu que les magasins Japanim sont un réseau breton, et il me propose un bon d'achat. Okay. On chope deux mangas qui manquaient (FMA 21 et ToS 3, VÉRIFIÉS pas HK), même si ça fait chier de lui laisser du pognon. Total : 14€. La monnaie ? Il veut pas.

« Je peux pas rendre de monnaie, j'ai pas le droit de rendre comme ça.

- Pourtant vous vendez du HK alors que vous avez pas le droit. »

Bis.

« Ça peut durer longtemps comme ça hein. Alors, mon argent ?

- Qu'est-ce que tu veux que je fasse ?

- C'est pas moi le vendeur. »

Et le voilà qui se met à fouiller, sûrement à la recherche d'un goodie à un euro. Il me propose un clope. Ça aurait été folklo si j'avais pas passé les seize ans. Bref, un autre client, sûrement un habitué, lui demande la monnaie sur un billet de dix, il ouvre la caisse.

« Tu veux quoi comme monnaie ?

- Un euro pour lui. »

J'ai ma pièce, le vendeur préfère rendre le billet, je remercie le client, les mangas dans le sac et cassos. « Au revoir », lance le vendeur, toujours avec son foutu sourire. J'ai pas répondu. J'tiens pas à le revoir.

Tags:

14 août 2009

Si Adam était un robot...

par QCTX

Je profite honteusement des restes du Quartier Libre (oui, il mérite ses lettres de noblesse) pour venir vous parler d'un anime apparemment passé sous silence sur la blogosphère francophone (à part chez un vieux truc) et intitulé : "Time of EVE" aka "Eve no jikan" pour les puristes.



Vous connaissez peut-être le court métrage "Pâle Cocoon". Ou même mieux vous l'avez acheté en DVD ? Si c'est le cas et que vous êtes munis de l'édition "enhanced" (dispo chez Dybex pour 30 €), vous avez peut-être pu apercevoir sur le deuxième disque un des travaux d'étudiant de Yasuhiro Yoshiura intitulé : "Aquatic language". Si ce cours métrage vous a plu, soyez heureux, "Time of Eve" se situe dans le même cadre, la même ambiance feutrée, les mêmes références qui font frémir d'aise les amateurs de SF.


Pour les autres, voici un peu le topo :
Nous sommes dans un futur proche où les robots se sont démocratisés au point de faire partie de la vie quotidienne et familiale de tout un chacun. Néanmoins, la courbe d'adoption des machines se vérifie et leur apparence physique extrêmement proche des humains en fait des "intouchables" modernes : on leur donne des ordres, mais on est très, très loin d'éprouver la moindre compassion envers eux. À tel point que les personnes éprouvant le moindre regret envers ces androïdes sont regardées d'un œil aussi clément qu'un lolicon peut l'être aujourd'hui.



Ce n'est qu'après une surveillance pointilleuse des logs de sa maid, que le héros, collégien de base, va petit à petit (nous faire) découvrir le point de vue des robots en se rendant dans une sorte de bar louche où la règle est simple : personne ne doit faire de différence entre les robots et les humains. À partir de là, tout est imaginable, à commencer par les amours impossibles/interdits ou tout simplement l'amitié.


Non, ceci n'est pas une référence à une œuvre d'une bande de moules spécialisés des anorexiques, mais bien un produit original. L'ambiance est posée, calme, le jeu de lumières et d'ombres met en valeur les personnages et les retournements de situations de manière sublime, les dialogues s'enchainent tout en changeant de locuteurs et se complètent de manière magnifique. Les références aux travaux d'Isaac sont voulues et nombreuses, le comportement des robots reste crédible en tout temps et les personnages humains leur sont presque indifférenciables une fois dans le bar. Au point qu'on est souvent peiné de connaître leur véritable identité.


Cette série se termine en seulement 6 épisodes : elle est actuellement en cours de diffusion en streaming sur le site de Dybex pour la version sous-titrée française (inscription nécessaire pour accéder aux anciens épisodes dans la section "Goodies") et sur Crunchyroll pour les anglophones et les adeptes de la HD. La réalisation est faite par le studio Rika, inconnu au bataillon, car ne travaillant que pour Yasuhiro Yoshiura. Ce même type est à la fois à la réalisation, au script et au story-board, pas étonnant donc qu'on l'encense et que certains y voient des liens avec un autre spécialiste du travail en solo : le résultat est tout aussi léché et travaillé et la lumière y joue un rôle tout aussi important. Le constat est simple après le visionnage de n'importe quel épisode : on n'a qu'un mot à la bouche, c'est "beau".
Si les ONA mettent autant de temps à sortir, ce n'est certainement pas pour rien et seuls les imbéciles s'en plaindront.



À l'heure où j'écris ce billet, nous n'en sommes qu'à 5 épisodes disponibles, mais à l'issue du dernier, peut-être saurez-vous répondre à LA question :

03 août 2009

I'm going to Splode !

par Maxobiwan

Tout droit sorti sur le XboxLive arcade, voilà 'Splosion Man (sans tiret, j'ai vérifié deux fois), le dernier jeu du studio Twisted Pixel, auquel on leur doit the Maw !

Lire la suite...

- page 3 de 159 -