Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


Ca se prononce "nihonne masteur"

Mot-clé - Epitanime

Fil des billets - Fil des commentaires

10 juin 2009

Epitanime 2009 - Compte-rendu égo

L'édition précédente était déjà excellente, mais les organisateurs ont eu la présence d'esprit d'en corriger les erreurs : les animations sur scène étaient excellentes avec des animateurs de choix, et un forum simplement exceptionnel. Au sens premier du mot : un forum d'exposants avec trois pauvres contrefaçons paumées au milieu de tonnes de produits officiels et directement importés du pays du sushi, dans une convention française, c'est une parfaite exception.

J'ai l'impression que l'otaque moyen qui va en convention change d'attitude au fil du temps. Il commence en profitant de l'évènement, participant aux activités, chantant au karaoké, dépensant chez les boutiques, matant des projections. Les années passant, il finit par considérer la chose comme un gros meeting social, n'y allant que pour mater deux cosplays et dire bonjour à quelques potes. Dans mon cas, les deux phases sont intercalées d'une période "reportage", où j'arpentais les lieux par plaisir de les faire connaître à ceux qui ne pouvaient pas venir.

A ce niveau-là, la qualité de l'évènement importe peu : même entouré de téléchargeurs de fansubs et de cosplays en survèt' orange Adadasse, la réunion de famille entre membres d'un forum ou d'un aggrégateur de blogs aurait toujours lieu. Certes oui, mais admettez qu'il est un tant soit peu plus agréable que ladite réunion se déroule autour de bornes d'arcade avec des shoots Cave ou d'un kumikyoku.

Vous voulez savoir pourquoi il m'a fallu autant de temps pour écrire cet article ? Parce que la suite est encore plus égocentrique que le résumé d'Epitanime 2008. A croire qu'une dose annuelle de star system devienne nécessaire... Cessez de lire ceci maintenant et laissez-moi parler à mon divan. Sérieusement.

Tu as bien raison, texte-en-italique-qui-fait-office-de-troisième-interlocuteur-entre-raton-et-son-lectorat : cette convention m'a surtout appris pas mal de choses sur moi-même.

Afficher un gros égotripMasquer un gros égotrip

A l'attention de ceux qui lisent le site par leur lecteur RSS : ce qui suit est couvert sur le site par une balise spoiler. Vous devriez peut-être faire demi-tour.

Il y a deux ans, dans la file d'attente des dédicaces de Yoshitoshi ABe à Epitaime 2007, j'avais aperçu un petit gars mince comme un clou et recroquevillé sur sa DS. Ni une ni deux, avec la subtilité d'un éléphant dans un magasin de porcelaine, j'ai envahi son espace personnel pour constater qu'il jouait à une version importée d'Ouendan 2, à peine sorti au Japon. Je le congratule, et avec une petite voix, il dit qu'il me connaît. C'était Kyouray, celui dont l'appel à la passion écrit quelques temps plus tard encouragerait tant de jeunes plumes à commencer leur petit coin de web. Le vieil adage est vrai : sur Internet, personne ne sait que vous êtes un chien. Ou un raton laveur. A force de surfer, vous avez tous croisé sur un forum quelconque un flamboyant posteur de tirades pleines de verve. Le posteur avec un compteur de posts un peu trop élevé qui traite les novices avec dédain et s'enflamme pour la moindre cause - vous voyez le genre. Et quand, lors d'une rencontre réelle entre membres de la communauté, vous avez affaire à un anonyme timide et muet comme une carpe.



Forcément, quand on écrit un site comme l'éditotaku où l'on cherche des noises aux mauvais fans, aux escrocs à la petite semaine et aux rédacteurs en chef du dimanche, il vaut mieux assumer. A fortiori, si on sort de chez soi, il faut s'attendre à tomber sur des détracteurs qui au mieux ne sont pas de votre avis, et au pire, auront envie de vous égorger. Autrement dit : si on joue un rôle, il faut le jouer jusqu'au bout. Si on écrit des articles sur des ninjas à gros seins qui se font malmener par des tentacules, il ne faut pas s'étonner qu'on vous offre des doujinshis du même tonneau. Et à l'inverse, les gens présents ne s'étonneront pas si vous violez un mec déguisé en maid en portant un masque de pony (*).



Et si on croise par hasard le rédacteur en chef de Made In Japan alors qu'on l'a trainé dans la boue deux semaines plus tôt, on ne change pas de trottoir, mais on va le regarder dans les yeux et on lui pose les questions qui fâchent. Il aurait pu me mordre, il aurait pu me ridiculiser, mais il n'en fut rien : il a honnêtement répondu à mes questions et a accepté de poser pour la photo.



Que des gens sympathiques à Epitanime. Je l'ai déjà dit et je le répète à l'intention de tous ceux qui écrivent, parlent et propagent leur opinion : on a le public qu'on mérite. J'essaie d'être un peu exigeant envers mes textes et d'écrire décemment, et vous êtes tout aussi sévères et soignés quand vous me parlez, que ce soit dans les commentaires, le Quartier Libre (prochaine édition à la fin du mois), vos propres sites web, ou en vrai.



Et vice-versa : comme mes lecteurs (c'est vous) sont sympathiques, j'essaie de le leur rendre. A lire les résumés d'Epitanime sur Blogchan/Sama et ailleurs, vous ne passez pas non plus un mauvais moment en ma compagnie. Ou alors vous passez des moments vraiment bizarres. Voir des lecteurs traverser la France pour venir à Epitanime parce que j'ai écrit un guide assez détaillé pour les convaincre de faire le chemin, croiser des gens qui me lisent depuis des années même s'ils n'ont jamais posté de commentaire, monter sur scène après ses lecteurs sans avoir besoin de se présenter, c'est quand même agréable pour l'amour-propre.


Je tombe parfois sur des lecteurs qui me disent que l'éditotaku est connu, que machin a lu tel article ou que j'ai de l'influence dans le "milieu". Remarque, c'est vrai : les hauts faits des huit dernières années sont légion. Grâce à ce site, les éditions Soleil impriment Welcome to the NHK sur du papier un peu plus blanc, Made In Japan va faire non pas une mais deux excuses publiques, et les moteurs de recherche savent où orienter ceux qui se posent des questions sur Taimanin Asagi. Yay pour moi.

Désabusé ? Que nenni. Mais quand on passe toute l'année seul devant son ordi à écrire/photographier/filmer dans son coin, il est difficile de jauger une quelconque célébrité. Si je vais dans une convention sans la peluche, je suis aussi discret que Solid Snake. Alors, quand vous croisez une bonne centaine de personnes qui vient vous dire bonjour en l'espace d'un week-end, ça fait bizarre. Quand vous apprenez que vous avez des lecteurs chez Ankama, c'est étrange, mais quand ils vous demandent une dédicace, c'est carrément le monde à l'envers.



Quand Nashi est venu me poser quelques questions pour sa caméra, j'ai bien dit que l'éditotaku ne m'a jamais rapporté le moindre sou, mais nom d'un chien, qu'est-ce que j'ai pu rencontrer comme gens formidables grâce à ce site. Et généreux, en plus.



Tout juste revenu du Japon, Axel m'a offert l'édition limitée de Clannad - Tomoyo After. Certains y voient une private joke, d'autres y voient une tentative de conversion au tomoyisme. En plus du jeu, il y a un superbe livret et la bande-son dans un magnifique coffret.



De retour du pays aux tentacules avec le susnommé impétrant, Shikaze a ramené les cinq (chers et rares) doujins de Mogudan sur Rei Ayanami. Ne cliquez pas sur le lien si vous êtes mineur.



Et ils étaient accompagnés des pince-sans-rire Corsaire et DarkSoul, qui ont voulu faire rire avec ces pinces : des broches de Rei Ayanami. Sachant que je me coiffe avec une tondeuse depuis quelques mois, je vous laisse profiter de leur sens de l'humour. Maxobiwan m'a aussi offert Senko No Ronde et Keul m'a même fabriqué un chargeur USB portable.



Shade, rédacteur en chef de Made In Japan, est venu me donner ça. Mais euh, y'a un tiret à mon nom de plume, parce que raton laveur avec un espace, c'est l'animal. "Oh, les fautes d'orthographe dans Made In Japan, tu sais comment ça se passe". Je n'ai pas su quoi répondre.



Mais le plus impressionnant reste Scoonix, spécialement venu d'Allemagne pour présenter au peuple teutonique comment on fait les conventions de japanime par chez nous. En plus de parler un français exquis et d'offrir un ticket d'Epitanime à un lecteur de ce site, il a pondu pour son site web une grosse vidéo sur mes agissements et m'a offert ce superbe dakimakura de Yoko (Gurren Lagann). J'avais dit sur IRC que si jamais je chopais cette taie d'oreiller, des gens en noir viendraient me confisquer ma Carte d'Etre Humain. D'ailleurs, on frappe à la porte.



Vous aviez été prévenus que ce texte serait nombriliste, et c'est bien pour ça qu'il a autant trainé ; même après l'avoir réécrit une dizaine de fois, je n'en suis toujours pas satisfait et il est cinq heures du matin. L'éditotaku a perdu en spontanéité avec le temps, oh ça oui ma bonne dame, mais il fait de son mieux, ça pour sûr. Ca va sembler répétitif, mais c'est quand même grâce à vous que tout ceci existe encore. Comme je l'ai écrit plus haut, l'expression publique sur Internet est différente des autres médias parce qu'elle est réciproque : nombre d'entre vous s'y mettent après avoir observé mon cheminement, et vos avis me font avancer. Merci à vous. Tous les lecteurs que j'ai pu rencontrer à Epitanime m'ont vraiment touché par leur gentillesse et leur ferveur. Encore merci.

 

Pendant ce temps : le reste du mois va être chargé sur l'éditotaku. D'ailleurs, pensez à réfléchir à ce que vous allez écrire pour le Quartier Libre d'Eté qui aura lieu dans deux semaines. Je résume pour ceux qui ne connaissent pas : pendant une semaine, à l'occasion de l'anniversaire de cette colonne, vous pourrez directement y poster vos propres articles sur le sujet de votre choix, avec un login dédié et le même système de publication que moi, sans censure, rien. Pour écrire sur un anime ou un jeu vidéo que j'ai ignoré, dessiner une bédé, présenter du hentai, bref, ce que vous voulez.

26 mai 2009

Scène d'Epitanime

(histoire vraie. Strip dessiné par Sedeto, qui dessine mieux que ta mère)
 

On se revoit à Epitanime 2009 ce week-end. Plus d'infos sur la convention par ici. Oui, vous pouvez acheter des billets sur place sans avoir réservé à l'avance ; il n'est pas trop tard pour venir. La preuve, Axel Terizaki et quelques gentils lecteurs reviendront du Japon rien que pour ça - et le pire, c'est que je ne plaisante même pas. Le gros de l'éditotacrew et du canal IRC sera présent, alors profitez-en pour dire bonjour.

Epitanime bis, bouffe Editotaku : si vous vous êtes inscrit pour le restau Editotaku de samedi soir et que vous avez oublié les détails, pointez-vous entre les deux bâtiments d'Epita entre 19h et 19h30 et on partira ensemble vers le restaurant. Si vous n'allez pas à Epitanime mais que vous êtes également inscrit au restaurant, allez sur le canal IRC pour les détails. Et si vous n'êtes pas inscrit mais que vous avez faim, tentez de passer, mais je ne vous promets rien. Je ne sais vraiment pas organiser ce genre de truc. 

Pas de session IRC dimanche, ou tout du moins, je ne serai pas là. Mais il paraît qu'on se débrouille très bien sans moi.

 

Pendant ce temps, mai 2009 : Il s'en est passé des choses, mais avec les derniers articles qui tapaient aisément dans les quelques centaines de commentaires, je concentre tout ici. 

 
Tira et Talim !
 
Et il y avait un cosplay de Touhou dans les participants. Quelle ville bizarre.

USA USA USA USA

Afficher le "Pendant ce temps" de la honteMasquer le "Pendant ce temps" de la honte



Ah, Yoko Matsugane est toujours aussi belle. Je ne suis pas spécialement fan des costumes d'infirmière, mais Yuuri Morishita le porte assez bien auprès du Dr Matsugane et--


"Ton coeur bat fort". Euh, quoi ? Pourquoi elle met le stéthoscope à cet endroit, normalement c'est--


"Oh docteur, votre coeur bat fort aussi." Hein ? Mais qu'est-ce qui se passe ? Pourquoi à droite ? Pourquoi Yoko, pourquoi ? щ(゚Д゚)щ


Excellente semaine à vous, et j'espère vous voir ce week-end !

09 mai 2009

Guide de survie pour Epitanime

Chaque année lors du dernier week-end de mai, soit pour l'année 2009, du vendredi 29 au dimanche 31. Le lundi 1er juin est férié (Pentecôte), pratique pour se reposer.

Tout se déroule au Sud de Paris, à la sortie de la Porte d'Italie (station de métro correspondante, ligne 7 direction Mairie d'Ivry). Sortez du métro en partant vers le Sud, passez par-dessus le périphérique (y'a un pont hein, n'essayez pas de jouer à Frogger) et vous y êtes, école d'informatique Epita.Comme c'est de l'autre coté du périph', ce n'est donc pas Paris, mais Kremlin-Bicêtre. Si vous arrivez en voiture, mettez votre GPS sur 14 Rue Voltaire. 

Les tickets sont disponibles en prévente sur le réseau TicketNet et sur place lors de l'ouverture. Un conseil : passez par un point de retrait TicketNet au lieu de vous les faire livrer par courrier, c'est bien moins cher.

 

Pourquoi c'est cool

Epitanime est la plus grosse et la plus ancienne convention (17ème édition en 2009) de japanime organisée par des amateurs. Japan Expo, Paris Manga et autres gros évènements avec des affiches dans la rue sont pondus par des professionnels qui font leurs sous avec de l'évènementiel. A Epitanime, les soirées organisées pendant l'année servent à financer la convention annuelle, et les bénéfices sont réinjectés l'année suivante. Les étudiants de l'école qui font tout ça bénévolement ont ainsi un joli projet de fin d'année en participant à la convention la plus otaku de France.

Un peu d'histoire : jusqu'en 2000, l'école Epita avait donc son association d'otaques, dénommée Epitanime, et leur évènement annuel s'appelait Japan Expo, organisée avec l'aide de l'association Jade. C'est à partir de cette année que Jade décida de déposer le nom de Japan Expo et d'exporter l'évènement hors de l'école. Les épitéens décidèrent de garder leur convention chez eux et de la nommer comme leur association - Jade fut rebaptisée SEFA et la Japan Expo continua de son coté...

Parce que c'est vraiment le coin des otaques. Pour situer : ça commence le vendredi soir et ça termine le dimanche soir : deux nocturnes et deux journées, soit quatre tickets si on fait tout. Officiellement, la convention ferme une ou deux heures entre chaque session, mais il est aisé de se faire une intégrale - pourvu que votre organisme tienne le coup pour ne pas dormir.

C'est la grosse différence entre Epitanime et les autres convs. En temps normal, quand on fait un évènement, on loue une salle. Comme les étudiants font tout directement dans leur école, ils sont "chez eux" : les projections se font avec les projecteurs normalement utilisés pour les diapositives PowerPoint, les chaises et les tables pour les exposants sont trouvées dans les salles de classe, la bouffe est assurée par la cafétéria de l'école... Et ils n'ont pas à fermer les lieux en fin de journée, donc rien ne les empêche de faire des nocturnes jusqu'à 7 heures du matin.

En même temps, il est possible de roupiller sur place. Les orgas ont conscience que les visiteurs vont s'endormir dans la salle de projection (l'an dernier, il y a même eu une nuit intégrale des trois films de Ghost In The Shell Stand Alone Complex), et les calendriers de diffusion reflètent ce besoin ; en fin de nuit, ils passent des animes plus calmes, voire chiants. En 2007, Master Keaton avait fini d'endormir ceux qui essayaient encore de garder les yeux ouverts... Mais bon, s'ils voulaient rester debout, ils pouvaient tout aussi bien aller dans la salle de jeux vidéo, hein. 

Pourquoi je préfère Epitanime à Japan Expo ? A la JE, on va faire des achats, et à Epita, on va voir des gens. De 130 000 visiteurs à 6 000 visiteurs, on perd beaucoup de waponais, de free hugs, de téléchargeurs acharnés de fansubs qui font ça pour niquer le système et ne pas prendre le moindre DVD mais qui chopent des figurines contrefaites pour montrer à leurs copains qu'ils sont "fans", de gamins qui viennent avec leurs parents et des kunais Naruto entre les dents, de va-nu-pieds qui mettent un T-shirt blanc et un blue-jean pour dire qu'ils font un cosplay de L dans Death Note...

Ainsi, Epitanime est même une excellente première convention pour ceux qui lisent l'éditotaku et n'ont jamais pris la peine d'aller rencontrer des gens en vrai lors d'un évènement. Même ceux qui ne jurent que par la 2D y font un tour, Maxobiwan est tombé sur les gens de l'éditotaku parce que Shikaze a crié "epic fail !" dans un couloir, Nolife m'y filme avec une demoiselle sans culotte, bref, on est en famille. Dans mon article sur Japan Expo, dès le premier commentaire, certains d'entre vous ont même affirmé qu'ils viendraient plutôt à Epita cette année. Il y a aussi une bouffe Editotaku ; tout est expliqué à la fin de ce texte.

 

Les lieux

Comme les lieux ne sont pas un simple local, il vaut mieux expliquer comment c'est agencé. Epita est composée de deux bâtiments séparés par une petite rue. Cette dernière est interdite à la circulation pendant la convention, donc vous ne risquez pas de vous prendre un scooter dans la figure à 5 heures du matin. Quand vous achetez vos tickets, on vous refile des bracelets (résistants et étanches, vous les garderez sur vous tout le week-end) pour rentrer et sortir librement de la convention ; pas de tampon ou de ticket, quoi. Vous n'êtes pas verrouillé à l'intérieur et les fumeurs ont un grand espace en plein air.

On fait donc la queue devant le premier bâtiment, qu'on traverse pour accéder aux jeux vidéo. On ressort dans la petite rue, on arrive dans la cour en plein air, où se trouve la scène avec les cosplays et autres activités. De là, on a accès au forum des exposants, qui est dans le sous-sol du second bâtiment, et aux salles de projection, karaoke, etc.

 

Les activités

Alors, il y a quoi de beau à faire ? La nuit, vous avez donc une salle de projection avec tout plein d'animes ; l'an dernier, Kaze avait diffusé en avant-première le premier épisode de Haruhi. Deux salles de jeux vidéo avec des bornes d'arcade, des vieilles consoles et des trucs tout récents, et une troisième salle tenue par Orgames qui s'occupe des jeux musicaux comme Dance Dance Revolution ou Guitar Hero.Des activités en plein air, comme le cosplay, les quiz, les concerts et le karaoke. L'association Epitanime a également une section pour le jeu de Go, qui est même reconnue par la Fédération Française.

De jour, c'est tout pareil, mais avec le forum des exposants en plus. Attention, la plupart des téléphones portables ont du mal à capter dans cet ancien parking souterrain ! Pros, boutiques et amateurs, et les orgas tentent de filtrer les contrefaçons. Okay, on y trouve du HK presque chaque année, mais c'est la seule convention qui fait des efforts pour limiter ce fléau.

Le karaoke: là, on touche à la spécialité d'Epitanime. C'est une école d'informatique, hein ? Les élèves ont codé leur propre programme de karaoke, appelé Toyunda. Ils ont réuni une base de données de plus d'un millier de génériques, allant de Gurren Lagann à Puni Puni Poemi en passant par Segata Sanshiro, Uchuujin Pipi ou Let's Fighting Love. Il y a une salle uniquement pour le karaoke : toutes les heures, ils demandent au public ce qu'ils veulent chanter, font la playlist et la lancent. De temps en temps, ils font sortir un quart d'heure les gens pour refroidir la salle et le vidéoprojecteur, puis ça recommence, sans interruption tout le week-end. On se retrouve ainsi avec des scènes surréalistes : une centaine de personnes à cinq heures du matin en train de chanter le générique de Sailor Moon en japonais, sans micro, y'a les murs qui tremblent et des otakus assoupis qui dorment sous les enceintes. Y'a même eu un reportage sur Game One qui s'appelait "Cocktail Manga" qui passait à Epitanime et où on me voit en train de faire le Hare Hare Yukai.

Le cosplay : quatre sessions, une pour chaque session (vendredi soir, journée du samedi, samedi soir, journée du dimanche). Horaires et infos par ici. Comme c'est aisément l'activité la plus couverte pendant les conventions, je laisse les autres s'en occuper.

Jeux vidéo: ta mère sur un iguane, y'a de quoi faire en la matière. La section jeux vidéo d'Epitanime est "croisée" avec l'association MO5, alors ils ont de quoi faire. Partenariat avec Sega, Adoru et ses collectors, coup de main de l'association Aux Frontières du Pixel... La signature de la salle jeux vidéo est également de dédier chaque année un vidéoprojecteur braqué en permanence sur Bomberman Saturn à 10 joueurs. A l'instar de la salle karaoke, c'est une activité qui ne désemplit pas : même au bout de la nuit, vous trouverez 9 autres fous pour bombarder sur grand écran. On trouve aussi des bornes d'arcade et Sega amène régulièrement ses dernières nouveautés, sans parler des concours sur plein de jeux. Si vous avez le magazine Game Fan 14, j'y avais écrit six pages sur cette section pendant Epitanime 2006.

Dépôt vente : une tradition qui se perd dans les conventions, et je me demande bien pourquoi. Tu poses tes trucs à vendre, tu donnes un prix et à la fin de la conv', tu viens chercher tes invendus et tes sous si tes machins sont partis. En quoi ça diffère des rayons d'occasion de votre boutique locale ? Comme Epitanime ne dure que deux jours, les prix doivent être super aggressifs, et comme c'est Epitanime, les produits sont assez atypiques. J'y ai vu partir l'intégrale de CardCaptor Sakura en LaserDisc pour un prix ridicule, le Dragon Quest Swords en version TV et des tonnes de CD Audio même pas HK parce que les orgas sont pointus sur ça. Un stand tout aussi intéressant que les autres boutiques du forum.

 

Le forum des exposants

Dans le sous-sol, tout en bas sur la carte, ouvert uniquement pendant les journées. C'est là qu'on trouve les stands des éditeurs, des boutiques, des fanzines et le dépôt vente. Il y a quelque chose de symbolique à placer tout le côté "dépense ton pognon" dans une cave à l'autre bout de l'entrée, non ? Vous y dépenserez moins de sous qu'à Japan Expo - quoique. Les boutiques sont généralement sérieuses, mais méfiez-vous quand même des contrefaçons. Mise à jour : le responsable des stands professionnels est venu poster un commentaire pour dire que beaucoup d'efforts ont été faits cette année pour éviter les contrefaçons et que beaucoup de garanties ont été prises dans ce sens. La liste des stands pro est disponible.

Et pour les fanzines, allez dire bonjour aux copains de No-Xice.

Exclu Epitanime : les éditions Beez vont vendre le premier coffret de Gurren Lagann avec quelques jours d'avance sur les magasins.

 

Les conseils de bon aloi

Et on ressort les mêmes conseils si évidents qu'on finit par les oublier :

  • Dormez avant la convention, surtout qu'à Epitanime il y a des nocturnes. Forcez-vous à roupiller, emmagasinez des heures de sommeil dans votre plumard avec les volets fermés.
  • En parlant de la nuit : vous pouvez toujours aller vous coucher dans votre lit grâce aux bus nocturnes (Noctiliens), avec un arrêt à 100 mètres de la convention. Les lignes N15 et N22 passent environ toutes les 20 minutes et vous ramèneront jusqu'à Châtelet, d'où partent toutes les autres lignes.
  • Le meilleur conseil que je puisse vous donner pour les nocturnes : ne faites pas entièrement celle de vendredi, économisez-vous pour samedi. Le vendredi soir, c'est le "tour de chauffe" : on repère les lieux, les activités et ses copains pour tout de suite s'amuser le lendemain. Partez vous coucher vers 1H, 2h, grand maximum 3 heures du matin, et revenez frais et dispo pour enchainer samedi jour, nuit et dimanche. Si vous n'y arrivez pas, laissez tomber dimanche matin. Mais dans tous les cas, ne vous acharnez pas à tenir vendredi, vous n'en serez que trop fatigué pour le reste du week-end.
  • Un conseil général que je donne toujours : ne faites pas les convention de japanime tout seul. Venez avec au moins un pote. Parce que la file d'attente, c'est chiant. Parce qu'on ne cherche que ce qui nous intéresse, alors qu'on découvre plein de trucs en suivant un instant son ami qui veut regarder quelque chose qui peut aussi vous plaire mais que vous n'auriez jamais remarqué par vous-même. Parce que vous risquez moins de vous perdre ou de vous ennuyer. Parce que vous aurez besoin d'un partenaire pour un tournoi de jeux vidéo ou un quiz. Soyez accompagné, bordel, ne serait-ce que pour éviter de marcher sur un piège à ours.
  • Batteries des appareils photo, caméras, DS, chargées à bloc, cartes mémoires bien vidées pour flasher tant qu'on veut. 
  • Voyagez léger, parce que vous aurez bien quelques achats à ramener. Prenez une besace assez vide, où vous laisserez les batteries ou cartes mémoires supplémentaires et les machins que vous voudrez faire dédicacer. Laissez les chargeurs de portable/caméra/DS dans votre chambre d'hôtel : si vous comptez dormir sur place, l'amphithéâtre principal a des prises d'électricité sur les tables (école d'informatique, ne l'oubliez pas).
  • Si meteo.fr annonce de la pluie, prenez un K-way, mais franchement, il ne pleut jamais à Paris à la fin du mois de mai. La seule Epitanime sous la pluie, c'était en 2007 et ils avaient avancé la date au milieu du mois de mai...
  • Téléphone portable. Alors que j'ai passé des années sans en avoir un, Keul m'en a donné un précisément pendant l'Epitanime 2005. Et du coup, il n'a pas manqué de m'appeler à chaque fois qu'il me cherchait. Non Keul, je suis en train de faire pipi. Non Keul, je suis en train de discuter avec une cosplayeuse. Non Keul, je suis à un mètre de toi. Avant la convention, consultez les communautés que vous visitez (forums web, IRC, blogueurs...) et chopez les numéros des gens que vous voulez rencontrer pour les retrouver plus facilement sur place. Et chargez le portable, hein.
  • Médicaments. Au moins quelques comprimés de Paracétamol.
  • Et crème solaire. Merci la pollution du périph' qui nique la couche d'ozone ; Epitanime se déroulant partiellement en plein air, vous êtes bien plus exposé que lors des autres évènements à l'abri des UV.
  • Il y a de bons vestiaires pour les cosplayeurs. Ne voyagez pas dans le métro déjà cosplayé. S'il vous plait.
  • Pour les non-cosplayeurs, portez de bonnes chaussures, que diable.
  • Argent liquide : vous en aurez besoin pour les fanzines et les boutiques ou stands d'éditeurs qui ne prendront pas votre Carte Bleue. Au cas où, vous pouvez rapidement quitter les lieux pour trouver quelques distributeurs. Vous avez une BNP et un CIC plus au Sud sur l'avenue de Fontainebleau, une Société Générale un peu plus haut, et un autre CIC à la sortie de la station de métro Maison Blanche.
  • Pendant que j'en suis à parler de la station Maison Blanche ; on y trouve aussi un restaurant japonais. Ne mangez pas, je répète, ne mangez pas là-bas. Je suis aussi sérieux qu'un cancer généralisé : ne vous en approchez pas.

Vous allez dans les soirées Epitanime durant l'année qui sont parfois organisées avec l'association Sohei, mais vous ne pouvez pas supporter leur présentateur Shade, également rédacteur en chef du catastrophique Made In Japan ? Bonne nouvelle ! Sohei ne participera pas à Epitanime 2009. Ainsi, aucun risque de devoir se coltiner ce concentré humain de fail.

Vous me cherchez dans le public pour venir me dire bonjour ? Facile : avec cet album photos, vous ne devriez avoir aucun mal à me repérer. Je me promène généralement en bandoulière de l'appareil photo.

 

Le restaurant Editotaku

Si vous n'avez pas envie de venir mais que vous habitez Paris, il reste le restau annuel. Je ne vous cache pas que je suis terrorisé, parce que je ne sais pas comment l'organiser ; l'an dernier, on a rempli la moitié du Lai Lai Ken. Ca se déroulera samedi soir, hors d'Epita : nous partirons cependant de la convention (à la fin de la journée de samedi, donc vers 19 heures) pour réunir tout le monde avant d'arriver devant le restau pour récupérer les parisiens qui n'étaient pas à Epitanime. Chacun paye sa part, hein.

Donc, si vous avez envie de me rencontrer et que vous êtes absolument sûr d'être là, vous devez passer à la prochaine session IRC, ce dimanche 10 mai dès 21 heures sur #editotaku@irc.worldnet.net , et m'envoyer un petit mot pour que je chope votre numéro de portable et tout le toutim. Que je compte combien il y aura de personnes pour faire la réservation, quoi. Après avoir mangé, on repartira à Epitanime pour la nocturne. Voilà voilà.

 

Plus d'infos

Le site officiel

Article sur Wikipédia

Rapports des années passées, de 2002 à 2008

Albums photos : 2005, 2006, 2007, 2008

Vidéos : 2005, 2006, 2008

 

Cadeau !

La session IRC de ce dimanche ne servira pas qu'à récupérer les réservations pour le restaurant : Scoonix, qui viendra d'Allemagne rien que pour Epitanime, sera présent pour offrir un ticket pour 2 jours et 2 nuits. Dimanche soir, #editotaku@irc.worldnet.net , 21 heures !

13 juin 2008

Epitanime 2008

Et ben, c'est pas trop tôt.

Et bonjour aux nouveaux lecteurs qui sont arrivés ici par Nolife !

Faut dire que je n'ai jamais autant filmé et photographié : cinq heures de vidéo et plus de 600 clichés à trier, monter, dérusher et tout le toutim. Cliquez sur le lien au-dessus pour aller lire le dossier, agrémenté de quelques vidéos.

Histoire de guérir de mon désir malsain de ne pas assez couper et de faire des vidéos d'une heure, les petites vidéos durent une dizaine de minutes, donc vous ne risquez pas l'overdose. Peut-être que je ferai un gros truc si DailyMotion se décide à valider mon compte pour uploader des machins longs et en HD.

Si vous avez la flemme de lire, résumé en trois mots : best Epitanime evar. Pourvu qu'ils rappellent de vrais animateurs et filtrent le HK comme au bon vieux temps.

Voilà pour le gros dossier texte-photo-vidéo, l'éditotaku peut reprendre une activité normale en attendant son sixième anniversaire à la fin du mois. Mais avant cela, laissez-moi me taper un énorme égotrip, tout de suite après avoir cliqué sur le lien sous ce texte. Je me parle à moi-même, là, parce que vous vous en foutez de mon égo. C'est juste un truc que je laisse en attendant Epitanime 2009 pour les jours pluvieux et les nuits où je me réveille en sueur pour planquer les lames de rasoir de peur de les utiliser dans un accès de lucidité sur mon existence ratée. Bref, ne cliquez pas.

Lire la suite...

28 mai 2008

En voyage



On se revoit à l'Epitanime ce week-end.



(roh la honte il a pompé sur le message d'il y a deux ans)

25 mai 2007

Epitanime 2007 - Reportage photo

Allez regarder les jolis clichés ! Et utilisez la fonction diaporama qu'elle est bien !

21 mai 2007

Epitanime 2007

Pour les deux du fond de la salle qui n'ont pas suivi, il n'y a pas eu d'articles parce que j'étais à l'Epitanime. Rien de spécial, y'avait quelques milliers d'otakus dans ce cas.


Comme eux, là.


Et il y avait Yoshitoshi ABe. Quelques dizaines se sont fait faire des dédicaces. Rien de remarquable sur l'échelle de l'otakisme, donc.


L'échelon en dessous, c'est quand on est revendeur et qu'on prend un peu trop de soin à assembler les figurines du stand.


Ou se faire prendre en photo à coté du maitre. Quelques otaques ont eu le réflexe d'immortaliser leur bouille avec la sienne.


Ou avec celle de J.M. Ken Niimura, le dessinateur du Japonais en Manga.


Mais il n'y en a eu qu'un seul pour faire un cliché comme CA :



Tout le monde peut rentrer dans son doux logis, j'ai battu le record d'otakisme, cédant l'enveloppe charnelle à une mascotte débile. Après avoir cliqué sur le bouton "Envoyer" qui postera ce petit texte, je me tirerai une balle dans la tête, puisque ma mission en ce bas monde a été accomplie.





Pendant que j'y suis : même si j'ai fait beaucoup usage du mot "merci", le vocabulaire me manque pour décrire la sympathie et la gentillesse de toutes celles et tous ceux qui ont reconnu la peluche et échangé quelques mots à propos de l'éditotaku. Encore merci. Pas mal d'heures de sommeil à récupérer, alors pour le moment, dodo.



Album photo